La barque solaire

La barque solaire découverte à Saqqarah – Actualité Egypte
Une nouvelle barque solaire découverte à Saqqarah
La barque solaire découverte à Saqqarah

Une barque solaire découverte à Saqqarah.

La mission archéologique tchèque a mis au jour les restes d’une barque solaire de 18 m de long. Le sable et les pierres du désert ont conservé d’une manière extraordinaire tous les matériaux en bois qui le bateau et ont aussi préservé les cordes qui maintenaient les planches formant le corps de la barque dans leur position initiale. La mission a également trouvé, lors de ses fouilles, des poteries à l’intérieur de cette embarcation.

Cette découverte contribuera à mieux comprendre les techniques de construction des bateaux dans l’Égypte Ancienne aussi bien que leur utilisation et les croyances funéraires de cette époque. La barque solaire découverte à Saqqarah

Le complexe funéraire de Djéser, édifié sous le règne du roi Djéser, se situe à Saqqarah, en Égypte. Il est, dans l’histoire de l’architecture égyptienne, le second ouvrage édifié en pierre de taille. Il marque une évolution importante de l’architecture monumentale. En effet, le tombeau du roi prend, pour la première fois et après de multiples modifications, la forme d’une pyramide. Cette innovation marque la naissance d’un nouveau type de sépulture. Les éléments cultuels ainsi que l’enceinte à redans l’aboutissement d’une architecture évoluant depuis la IIe dynastie.

Le tremblement de terre du 12 octobre 1992 a sérieusement affecté les infrastructures de la pyramide. La voûte du grand puits funéraire et les plafonds de plusieurs galeries souterraines menaçant de s’effondrer. En fai, c’est une mission de sauvegarde commandée par le Conseil suprême des Antiquités égyptiennes afin de mener à bien leurs restaurations. En parallèle, des études sont constamment effectuées afin de mieux connaître ce monument majeur.

La barque solaire est un objet symbolique de la mythologie égyptienne lié au cycle journalier du soleil et au démiurge qui lui est associé, .

Pour les Égyptiens de l’Antiquité, le cycle perpétuel du lever et du coucher du soleil est comparable au cycle de la vie et de la mort. Ainsi, chaque matin le soleil naît à l’orient. Croît jusqu’au zénith. Ensuite puis vieillit jusqu’à l’occident où il disparaît dans le royaume des morts. En fait, ce voyage diurne, le dieu solaire  le fait à bord d’une barque appelée mandjet. De plus, le choix d’une barque comme moyen de transport se comprend aisément dans une civilisation résolument fluviale. Où le Nil occupe la place d’axe principal de communication. Ainsi que de source quasi-exclusive d’alimentation grâce aux crues, à l’irrigation et à la pêche.