Les déserts Égyptiens I Delphine et Olivier Avril 2006

Nous sommes Olivier et Delphine, nous essayons de voyager hors des sentiers battus. Nous avons connu Amro par l’intermédiaire d’amis (déjà de bouche à oreilles). En fait ces amis nous garantissant son honnêteté. Nous lui avons donné toute notre confiance dans l’organisation du voyage en Egypte.

Les déserts Égyptiens I Delphine et Olivier Avril 2006
Les déserts Égyptiens

Nous avions un impératif, voir l’éclipse totale de soleil du 29 mars 2006 à As–Sallûm. Il nous a proposé un circuit dans les oasis du désert occidental bien que la nuit en bivouac . Amro nous a fait partager sa passion qu’il a pour son pays et les oasis en particulier.

Les déserts Égyptiens I Delphine et Olivier Avril 2006
Les déserts Égyptiens

Donc : Une organisation impeccable : de bons hôtels, un 4×4 confortable et des visites en dehors de la foule et dans des endroits reculés. N’hésitez pas à le contacter pour vos prochains voyages en Egypte.

Oasis Siwa située à 300 km au sud-ouest de Marsa-Matrouh. C’est la plus au nord des cinq grandes oasis du désert lybique. Habitée par des descendants des Berbères, les Siwis. En fait l’oasis fait figure à part en Egypte. Ici, on parle le Siwie, dialecte complètement différent de l’arabe que l’on parle dans toute l’Egypte.

L’oasis de Siwa est une oasis de l’ouest de l’Égypte, proche de la frontière libyenne.  Bien qu’elle est en bordure directe du plateau du désert libyque à 70 km de la frontière et de la dépression de Qattara. Installée sur une nappe phréatique qui émerge au fond d’une nappe phréatique.

À 560 km du Caire. Bien que l’oasis de Siwa soit située à 300 km au sud-ouest de Marsa-Matrouh. Elle est la plus septentrionale des oasis égyptiennes. C’est la plus au nord des cinq grandes oasis du désert libyque. Habitée par 33 000 habitants de descendants des Berbères, les Siwi. L’on parle un dialecte complètement différent de l’arabe parlé dans toute l’Egypte !

Lorsque vous arrivez à Siwa. Vous découvrirez un lieu paradisiaque. De sources, de lacs salés et des oliveraies et des palmeraies infinies.

Deux grands lacs salés sont alimentés par l’eau de drainage d’origine agricole. Ainsi que deux vieilles forteresses de terre construites sur des inselbergs. Shali Siwa et Shali Agourmi sont aujourd’hui en ruines.

Cette oasis est un des lieux les plus pittoresques d’Egypte. Qui séduit les voyageurs en quête de tranquillité et d’une beauté naturelle. Aussi des paysages et l’ombre de ses arbres fruitiers dans le désert.

La visite d’Alexandre le Grand

Après qu’Alexandre le Grand est entré en Égypte et a établi la ville d’Alexandrie. Ensuite il a décidé de visiter le temple d’Amon à Siwa. Qui a acquis une grande renommée après l’incident de l’armée de Cambyse. À l’hiver 331 avant notre ère Alexandre est arrivé au temple d’Amon à Siwa.

Et le grand prêtre l’a emmené au Saint des Saints . Une pièce sombre dans laquelle seul le grand prêtre et le roi sont entrés. Et il n’a permis à aucun de ses assistants pour l’accompagner. Quand Alexandre a quitté le temple. Il a semblé soulagé, et il a refusé de révéler ce qui s’était passé à l’intérieur. Et tout ce qu’il a dit à ses amis : « J’ai entendu ce que mon cœur aime

L’art et les coutumes locales

L’arrivée de la route en 1980 et de la télévision exposa l’oasis de Siwa aux styles et aux modes du monde extérieur. Et les traditionnels ornements en argent progressivement remplacés par de l’or. Les broderies et les costumes des femmes témoignent cependant encore des anciens styles et traditions.

Le châle porté par les femmes, est apporté de l’extérieur de l’oasis. Plus précisément de la ville de kerdasa dans le gouvernorat de Gizeh.

Festivals

Le festival de Siyaha les habitants de l’Oasis de Siwa est une fête spéciale (la fête des récoltes). Qu’ils célèbrent à la pleine lune dans le ciel en octobre de chaque année. En l’honneur du saint de la ville, Sidi Sulayman, est unique à Siwa. (Le nom est souvent mal compris comme une référence au “tourisme”. Mais en fait il est antérieur au tourisme.

Bien que à cette occasion des hommes se réunissent sur la montagne ‘Gabal Al – Dakrour’, pour manger ensemble. Aussi chanter des chants de remerciement à Dieu et se réconcilier entre eux. De plus toutes les maisons siwis coopèrent à la préparation et à la cuisson des repas copieux.

Alors que à cette époque les habitants mangent du Fattah (Riz, pain grillé et viande). Après la prière de midi tous les jeunes Siwis se rassemblent pour préparer le banquet. Ainsi personne n’est autorisé à manger avant que l’appelant n’annonce qu’il va commencer à manger afin qu’ils puissent tous manger ensemble.

Les femmes restent dans le village et font la fête en dansant, chantant et jouant du tambour.

La nourriture pour le festival est achetée collectivement, avec des fonds recueillis par les mosquées de l’oasis. Les célébrations durent 3 jours, et au petit matin du quatrième jour. Les hommes forment une grande marche. Tout en tenant des drapeaux et en chantant des chants spirituels.

La marche part de Gabal El – Dakrour et se termine sur la place Sidi Solayman – au centre de Siwa.  Déclarant la fin des festivals. Aussi le début d’une nouvelle année sans haine ni rancune, et avec amour, respect et réconciliation.

Traditionnellement, les enfants célèbrent également la grande fête en allumant des torches. De plus en chantant et en échangeant des bonbons. La célébration des adultes se limitait à la préparation d’un grand repas.

L’économie

L’agriculture est la principale activité de l’oasis de Siwa moderne. En particulier la culture des dattes et des olives. En fait c’est essentiellement une agriculture oasienne irriguée de jardinage en palmeraie.

Aussi du maraîchage et une arboriculture principalement tournée vers la culture des dattes et des olives. Lesquelles sont en partie valorisées en huile. Aussi L’artisanat, comme la vannerie.

Au cours des dernières décennies, le tourisme est devenu une source vitale de revenus. Une grande attention accordée à la création d’hôtels qui utilisent des matériaux locaux et affichent des styles locaux. L’une des principales attractions est l’utilisation de matériaux écologiques dans la conception des hôtels.

L’oasis de Siwa est aussi célèbre pour son tourisme médical. Car son sable fournit des éléments naturels qui conviennent à la médecine alternative. Le safari en 4×4 est l’un des voyages préférés des visiteurs de l’Oasis.

Certaines statistiques indiquent que Siwa reçoit environ 30 000 touristes par an Egyptiens et étrangers. Un certain nombre de sites étrangers et arabes l’ont classé parmi les 9 endroits les plus isolés de la planète.

Photo-2-Oasis-de-Siwa L’architecture de Siwa

A un caractère spécial et distinctif, car les maisons traditionnelles sont construites avec de la pierre kruchif. Qui se compose de sel et de sable doux mélangé à de l’argile. Les portes et les fenêtres sont faites d’oliviers et de palmiers. Aussi l’argile est utilisée pour coller les pierres, après les avoir mélangées avec du sable. En fait ces maisons sont en harmonie avec l’atmosphère de l’oasis.

En hiver il fait chaud et en été il est humide. Cependant, récemment, le taux de construction en béton dans l’oasis a augmenté. Ce qui a conduit au déclin de la construction traditionnelle. En raison du besoin d’entretien annuel des bâtiments en raison du niveau d’eau élevé.

L’artisanat et l’art locales  

Les arts de la broderie et de la poterie artisanale font partie des métiers traditionnels les plus distingués de l’oasis. L’art de la broderie dans l’oasis a un caractère spécial. Alors qu’il est basé sur sa fabrication par les femmes de l’oasis. Et il se caractérise par des dessins pour les vêtements de mariée.

Aussi des vêtements quotidiens pour les femmes et les hommes, et des meubles, des tapis et des kilims. La broderie utilise les cinq couleurs vert, rouge, jaune, bleu et noir. Bien que les motifs locales préservent l’héritage hérité pendant des milliers d’années.

Ainsi que des plats de tajine et les marmites traditionnelles en forme de pyramide, joliment décorées.

La flûte en métal est considérée comme le héros de la musique Siwi. Et le chant collectif comme le maître du chant folklorique. Qui est un chant rituel associé aux saisons et aux occasions telles que le mariage. Les naissances et de récolte. Le chant à Siwa n’est pas Tarabiyya. Mais la plupart des sujets de chansons concernent l’éloignement, l’abandon, l’amour et la sagesse

Les traditions

Une des traditions du mariage à Siwa que les filles sont fiancées depuis leur enfance à l’âge de neuf ans.  Et jusqu’à ce que la mariée ait atteint l’âge du mariage, le jeune homme n’a pas le droit de voir sa fiancée. Sauf les jours fériés seulement et qu’est en présence de son père ou de son frère. La cérémonie de mariage s’étend sur 3 jours et la mariée est ornée de 99 tresses.

Chaque tresse portant l’un des plus beaux noms de Dieu. Mettant de l’huile d’olive sur ses cheveux et la colorant avec du henné.  La robe, caractérisée par des ornements, des coiffes, des ceintures, des voiles en fer forgé. Et des masques remplis de pièces d’argent ou d’or. La mariée porte sept robes différentes les unes sur les autres.

Les temps de l’accouchement ont aussi leurs propres rituels. Et si l’accouchement est difficile, le mari et ses voisins tirent des coups du feu à côté de sa femme pour expulser les djinns (les mauvais esprits) et accélérer l’accouchement. Ensuite lorsque les enfants sont nés.

Les femmes rassemblent leurs bijoux dans un bol de l’eau et le soulèvent, puis elles le laissent tomber par terre. Pour créer de la bénédiction pour l’enfant, croyant que c’est pour expulser les mauvais esprits. Ensuite quand la mère accouche Son nouveau-né elle gît sur un kilim par terre. Pendant une semaine ou dix jours. et mange du poisson salé, comme une tradition héritée.

La langue est la langue amazighe ou de la langue berbère. Chaque enfant le parle en raison de sa naissance et de son éducation. Puis apprend la langue arabe pendant les étapes d’étude, en plus de leur dialecte égyptien moderne.

Les incontournables à visiter pendant votre voyage en Egypte.

Les sources d’eau (Ains)

Malgré sa situation au milieu du désert. De l’eau douce y est répandue de 200 puits coulant quotidiennement 90 000 m cube.

Ain Cléopâtre : C’est l’une des attractions touristiques les plus célèbres de Siwa. Également connue sous le nom d’Ain Juba ou Ain Shams. Qui est un bain de pierre rempli d’eau de source chaude naturelle. Et certains prétendent qu’il est nommé d’après la reine égyptienne qui a nagé seule lors de sa visite à Siwa.

Ain Fatnas: Il est à environ 6 km à l’ouest de Siwa, et il est situé sur l’île de Fatnas surplombant le lac salé et entouré de palmiers et de paysages désertiques.

Source 1 : Aussi appelée ” la source de la Grande Mer. C’est une source chaude de soufre à 10 km de l’oasis près de la frontière libyenne au cœur de la Grande Mer de Sable.

Le temple d’Amon (Le temple de l’oracle) Également appelé le temple d’Alexandre, est l’un des monuments les plus importants de l’oasis de Siwa.  Construit à l’époque pharaonique pour répandre la religion d’Amon parmi les tribus et peuples voisins. En raison de l’emplacement de Siwa en tant que carrefour des routes commerciales. Le temple est célèbre pour la visite d’Alexandre le Grand après avoir conquis l’Égypte en 331 av. J.C.

Il se dresse au nord-ouest du rocher d’Aghourmi, l’antique capitale de l’oasis. Son oracle a joué un rôle fondamental dans la conquête de l’Égypte par Alexandre le Grand. Qui se rendit à Siwa afin de faire légitimer son pouvoir par l’oracle d’Amon.

Le temple Umm Ubaidah est le deuxième temple d’Amon dans l’oasis et est situé près du temple de l’Apocalypse. Construit par le pharaon égyptien Nectanabo II ou Nakhtanebo II de la trentième dynastie. Auquel une image présente le pharaon agenouillé devant le dieu Amon.

La forteresse de Shali qui domine le centre de la ville Shali. La fondation de la ville de Shali remonte à 1203, et son nom signifie la ville en langue Siwi. La ville n’avait qu’une seule porte pour vérifier ses défenses. Et elle s’appelait «Anshal» signifiant la porte de la ville.

Sur le côté nord de l’enceinte de la ville il y a l’ancienne mosquée, et une deuxième porte a été ouverte pour la ville sur le côté sud appelé «Atat» signifiant la nouvelle porte, et il a été utilisé pour ceux qui préfèrent éviter de passer devant Al-Ajwad sont les chefs de famille, et seuls les habitants de Siwa connaissaient l’emplacement de cette porte, ils l’utilisèrent donc secrètement pour sortir ou entrer en état de siège de la ville.

Et parce que les coutumes syriaques empêchaient les femmes de sortir sauf dans les limites les plus étroites et sans se mêler aux hommes, une troisième porte appelée «Qaduha» a été ouverte, et les femmes n’étaient pas autorisées à partir, sauf à utiliser cette porte uniquement. La pierre d’archive d’argile a été utilisée dans la construction de maisons de ville, extraite du sol saturé de sel, car lorsqu’elle sèche, elle devient dure comme du ciment.

En 1820, les forces de Muhammad Ali Pacha ont conquis Siwa et l’ont soumise à l’autorité du gouvernement, de sorte que la ville jouissait de la sécurité et de la protection, et en 1826, le Conseil d’Al-Ajwad a permis aux gens de construire leurs maisons à l’extérieur des murs de la ville. En 1926, un grand nombre de maisons de la ville se sont effondrées et les autres ont été fissurées à cause des pluies torrentielles. Les habitants ont déserté Shali et construit de nouvelles maisons sur le toit de la montagne

Mausolée Sidi Slimane l’imam des Siwis et la figure la plus célèbre de l’Oasis. Les gens de l’Oasis racontent que Sidi Suleiman était un juge très pieux et pieux, et on dit à son sujet que dans le passé il a rassemblé les gens de l’oasis dans la mosquée et les a suppliés auprès de Dieu afin de les empêcher de attaquant la campagne de raids attaques sur l’oasis.

Avec une soif extrême, il a frappé le sol avec son bâton, et une source d’eau a explosé, et on dit que sa mère, avant de lui donner naissance, aimait manger du poisson, alors sa colombe se tenait sur ses filets et lui laissait un poisson, et c’est la raison de l’habitude répandue à Siwa jusqu’à présent où la mère du nouveau-né mange du poisson, surtout si le nouveau-né est un mâle.

Montagne des morts C’est une montagne qui comprend un groupe de tombes anciennes datant de la période comprise entre le quatrième et le troisième siècle avant JC, et qui ont été réutilisées aux époques grecque et romaine. La montagne est à environ 2 km de Siwa, et des tombes y ont été découvertes à la suite de la fuite du peuple Siwa vers la montagne lors des raids de la Seconde Guerre mondiale.

Montagne Dakrour est située à 3 km au sud de l’oasis de Siwa, et elle a deux sommets appelés “Nadera et Nazareth”. Au sommet de Nazareth il y a une grotte creusée dans la roche appelée “Tanasur”. Et en dessous se trouve un monument appelé “La Maison du Sultan” fait de calcaire propre.

La montagne est célèbre pour son sable chaud, qui a des propriétés curatives, et elle contient le pigment rouge utilisé dans la fabrication de la poterie de Siwi. Les visiteurs égyptiens et étrangers affluent vers la montagne pendant l’été pour profiter des bains de sable chaud, qui se caractérisent par leur capacité à traiter les maladies rhumatismales, les douleurs articulaires, les maladies de la colonne vertébrale et de la peau.

Musée de la maison Siwi Le musée créé en coopération avec le gouvernement canadien. Dans le parc du conseil municipal sur une superficie de trois acres. Au style style traditionnel Siwi, utilisant des briques de terre et des troncs de palmiers. Il combine l’histoire de la vie Siwi et son développement en différentes étapes du temps.

Il contient aussi de nombreuses collections qui expriment l’authentique héritage Siwi. Combiné avec les efforts personnels des habitants de l’oasis, tels que des bijoux en argent, des instruments de musique. Ainsi que des costumes de mariage, des paniers, de la poterie et des outils agricoles.

Le musée n’est pas soumis à la supervision du ministère de la Culture. Mais il est supervisé par le conseil municipal de Siwa. La supervision technique est assurée par un comité composé de cheikhs tribaux et d’un certain nombre de membres de l’université de résidents de Siwa. Et le musée dépense sur lui-même grâce au droit d’entrée imposé aux visiteurs.

La découverte de L’oasis de Siwa et ses environs, est l’un de nos voyages hors de sentiers battus :  Voyage Oasis Siwa